Braille Log - logoBraille Log

Les caractères propres au braille

Nous avons vu que les 63 combinaisons de points qui constituent le code braille peuvent se répartir en 5 séries de 12 combinaisons et une de 3.

La première série est constituée des combinaisons ne contenant pas de point de la ligne du bas et contenant au moins un point de la ligne du haut. Les dix premières combinaisons de cette série contiennent aussi au moins un point de la colonne de gauche ; elles ont été retenues pour représenter les dix premières lettres de l'alphabet.

Chacune des cinq dernières séries est construite à partir de la première, soit en ajoutant à chacune de ses combinaisons un ou deux points de la ligne du bas, soit en la translatant d'un ou deux rangs vers le bas.

Nous avons vu qu'à partir des dix premières combinaisons de la première série, nous obtenions 52 combinaisons représentant chacune, à l'exception de la combinaison "3, 5", un caractère imprimable.

Parmi les onze combinaisons restantes, construites sur la base des deux dernières combinaisons de la première série, seules deux d'entre elles représentent un caractère imprimable. Il s'agit de celles de la deuxième série qui représentent respectivement la barre oblique et l'arobas.

Toutes les autres combinaisons sont propres au braille et s'emploient associées à une ou plusieurs autres combinaisons. Dans le chapitre précédent, ont été détaillées les conditions d'emploi de deux d'entre elles :

La combinaison constituée du seul point 4 indique que ce qui suit est placé en exposant, c'est-à-dire, écrit plus petit que les autres caractères du texte et décalé vers le haut. Si ce qui précède ce signe d'exposant est en majuscule, ce qui le suit ne le sera que si un nouvel emploi du signe de majuscule l'indique.

La combinaison constituée du seul point 4 indique que ce qui suit est placé en exposant, c'est-à-dire, écrit plus petit que les autres caractères du texte et décalé vers le haut. Si ce qui précède ce signe d'exposant est en majuscule, ce qui le suit ne le sera que si un nouvel emploi du signe de majuscule l'indique.

Par exemple :

l'euro est représenté par le symbole constitué par ce caractère suivi de la lettre e (1, 5).

La lettre grecque pi s'obtient avec la lettre p (1, 2, 3, 4) placée à la suite de ce caractère.

Le crochet gauche s'obtient en plaçant ce caractère devant la parenthèse gauche (2, 3, 6).

Les deux dernières combinaisons de la troisième série (3, 4, 6) et (3, 4, 5, 6) s'emploient précédée chacune du point 5 pour représenter respectivement "pour cent" et "dièse". ("pour mille" s'obtient en faisant suivre le point 5 de deux caractères "3, 4, 6").

La combinaison constituée du seul point 5 sert de préfixe devant une ou plusieurs autres combinaisons pour former des symboles tels que ceux qui viennent d'être décrits avec les deux dernières combinaisons de la troisième série.

La combinaison constituée du seul point 5 sert de préfixe devant une ou plusieurs autres combinaisons pour former des symboles tels que ceux qui viennent d'être décrits avec les deux dernières combinaisons de la troisième série.

Il faut également mentionner que le point 5 est utiliser en fin de ligne, dans une suite de caractères ne contenant pas d'espace, pour signaler que cette suite continue à la ligne suivante.

La combinaison "5, 6" n'est pas utilisée dans le code braille intégral qui fait l'objet de cette présentation.

Enfin, la dernière combinaison, constituée du seul point 6, est le "modificateur mathématique" ; elle fera l'objet du chapitre suivant.